mardi 29 mai 2012

Le top 10 des raisons d’aller voir « Le Grand Soir » au cinéma



     C'est l'histoire de deux demi-frères, incarnés par Benoît Poelvoorde et Albert Dupontel. Le premier, Not, est devenu « le plus vieux punk à chien d'Europe », et le second, bon garçon et commercial plein d'avenir, tourne mal suite à son licenciement/divorce. Les parents (Brigitte Fontaine et Areski Belkacem) ne veulent plus d'eux. Comment se débarrasser de ces deux fils ? En leur révélant l’identité de leur père. Les deux partent pour un road trip à sa recherche.

L'équipe du film, au festival de Cannes 2012
     Au dernier festival de Cannes, la section Un Certain Regard présidée par Tim Roth était attendu pour apporter une touche rock’n'roll à la quinzaine. Pour cela, on pouvait compter sur le dernier film de Kervern et Delépine, « Le Grand Soir » dont le casting faisait déjà fortement envie. Voici donc les dix bonnes raisons d'aller voir ce film pas comme les autres.
  1. C’est le nouveau film du duo Delépine-Kervern
    Les deux visages de l’info grolandaise s’associent pour la 5e fois et jusqu’ici ne se sont pas plantés. De Aaltra à Mammuth, le duo utilise les moyens dont il dispose pour faire du vrai cinéma et n’essaie pas de refaire « Michael Kael contre la World News Company » en surfant sur le succès de Groland.
  2. Un casting hallucinant
    Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel, la très dispensable présence de Brigitte Fontaine et l’apparition en guest de Gérard Depardieu. On note aussi l'apparition de Didier WampasDifficile d’imaginer que de tels personnalités puissent se faire de la place. Ils y parviennent néanmoins en évitant de tomber dans leurs propres clichés. Poelvoorde ne fait pas de Mr Manatane, Dupontel ne nous raconte pas Rambo, et c’est tant mieux.
  3. Un road-movie dans une zone commerciale
    Delépine et Kervern ont eu le talent pour saisir le caractère sordide des zones commerciales qui pullulent en périphérie de nos villes. Magasins de meubles, franchises de restaurants et ronds-points bricolés à la va-vite, le film a le mérite de nous interroger sur cette aberration : Comment a-t-on pu laisser se développer des endroits aussi merdiques à quelques kilomètres de chez nous?
  4. La contestation à deux pas de chez vous
    Véritable parabole sur la mondialisation vue dans un rayon de 500 mètres, « Le Grand Soir » se veut un acte de résistance en filmant un punk à chien sur un parking de supermarché. Penser global, agir local.
  5. Ça fait plaisir de réentendre Bertrand Cantat
    Mais également un classique des garçons Bouchers et une apparition des Wampas sur scène.
  6. La lenteur élevé au rang d’art
    Avec des scènes tout en longueur, en plan fixe, sans autre musique que le bruit de l’autoroute voisine, Kervern et Delépine imposent un peu plus leur style, et c’est génial.
  7. Le seul film français récompensé à Cannes
    Nanni Moretti semble avoir décidé de distribuer des récompenses aux réalisateurs avec qui il boit des Martini tous les ans sur la Croisette, Haneke et Loach en tête, il ne restait que peu de place pour voir des cinéastes français marquer des points cette année. Heureusement que la sélection « Un Certain Regard » donne un peu d’air frais au festival en offrant au Grand Soir un Prix Spécial du Jury.
  8. Un film forcément politique
    Entre deux élections, dans un contexte de crise économique, sortir un film décrivant le nihilisme punk au cœur de ce que le capitalisme a fait de plus moche, ça a forcément un sens. « Toujours être en mouvement, pour ne jamais gamberger »…
  9. Il y a un petit chien
    Et il s’appelle 8.6". Et il a reçu la « Mention Spéciale Palm Dog » 2012 à Cannes. Ça devrait suffire à convaincre les plus résistants.
  10.  La bande-annonce fait envie 

Benoit Poelvoorde, Didier Wampas et Albert Dupontel.

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire

    Vos commentaires apparaîtront après modération.