samedi 19 juillet 2014

Portrait : Danny Trejo, l'homme qui coupe du Old El Paso à la Machete !


     Voila un acteur que beaucoup connaissent en France pour son rôle... dans une pub pour Old El Paso. Mais ce serait oublier sa riche filmographie (200 films hollywoodiens et séries télévisées) en réduisant Danny Trejo à un chef de famille / mafieux / tueur mexicain qui prépare des tortillas mexicaines (en réalité produites en Europe).


Une jeunesse difficile

     Danny Trejo est né en 1944 à Los Angeles et a grandi dans le quartier peu fréquentable d'Echo Park. Il a commencé à consommer drogue et alcool à l'âge de 11 ans, traînait dans les rue de Los Angeles et s'est rapidement fait condamner pour trafic de stupéfiants et vol.

     Il passa finalement 10 ans de sa vie derrière les barreaux pour effraction, homicide, trafic de drogue et quelques autres délits. San Quentin, Folsom, Tracy... Danny Trejo a quasiment séjourné dans toutes les prisons des États-Unis.

"C’était en 1968, le 5 mai. Jamais je n’oublierai ce jour, c’est une fête mexicaine. Ce jour là, j’étais impliqué avec deux autres types dans une mutinerie. On avait commis trois crimes passibles de mort et s’attendait à finir dans la chambre à gaz. Mais grâce au doigt de Dieu ou à je ne sais quoi, les personnes qui étaient impliquées n’ont pas déposé plainte et on a été obligé de nous laisser partir. Ma vie a changé ce jour-là."

     C'est durant sa détention à la prison d'État de San Quentin qu'il s’est mis à la boxe et remporta des concours en catégories poids léger et welter, en même temps qu'il suit un programme de réhabilitation qui lui permet de se débarrasser de l'emprise de la drogue. Il sort en 1972.


Il n’avait jamais songé à une carrière d’acteur, mais un beau jour...

     En 1985, alors qu'il assiste à une réunion de cocaïnomanes anonymes, il fait la connaissance d'un jeune homme travaillant dans l'industrie du cinéma. Son nouvel ami le fait engager comme figurant sur le tournage de Runaway Train. Le scénariste Edward Bunker, lui-même ancien prisonnier et auteur policier respecté, reconnaît Trejo qu'il avait connu à San Quentin. N'ayant pas oublié ses talents de boxeur, il le paye 320 $ par jour pour entraîner Eric Roberts, l'un des acteurs vedettes. Le réalisateur Andrei Konchalovsky apprécie le travail de Trejo et lui offre finalement un rôle important dans le film.


"Le scénario vient d’un bon pote à moi, Eddie Bunker. Je l’avais connu en prison. Je n’avais pas la moindre idée de ce qu’il voulait dire quand il parlait d’adaptation. J’étais sur le tournage pour aider quelqu’un à redescendre après un trip. Eddie m’a demandé si je faisais toujours de la boxe. Ils cherchaient quelqu’un pour entraîner les acteurs. Je lui ai demandé le salaire. Il m’a dit 320 $ par jour. Je lui ai juste demandé si je devais taper vraiment fort."

     Il partagera ensuite l'écran avec de nombreuses stars hollywoodiennes, parmi lesquelles Johnny Depp, Nicolas Cage, Charles Bronson, Jennifer Lopez, Edward Furlong, Sylvester Stallone, Robert De Niro et Antonio Banderas. Acteur très prolifique, il apparaît souvent dans plus de 5 films chaque année, dans des genres très variés. 

"Dans un film, je devais m’emparer d’un jeu de poker. Le réalisateur m’a dit d’entrer dans la pièce et de dépouiller les joueurs. J’ai fait exactement ce qu’il m’a dit. Il a crié : cut ! Et m’a demandé où j’avais appris à jouer. Je lui ai répondu : « supermarchés, Bank of America, pharmacies, débits de boisson… ». Et là, il avait pigé."

     Danny Trejo est célèbre pour son visage aux traits marqués, souvent affublé d'une longue moustache, et ses tatouages (son torse est recouvert par le tatouage d'une femme portant un sombrero).  Si les cinéastes multiplient souvent les effets pour mettre en avant sa carrure, l'acteur ne mesure pourtant qu'1,68 mètres. Le M. Muscles à la longue moustache n'est en réalité pas plus imposant en taille que Diego Maradona, Christian Clavier... ou moi.

"Un jour, on m’a demandé lors d’une interview si je ne craignais pas d’être catalogué. Si ça ne m’agaçait pas de toujours jouer les méchants Mexicains couverts de tatouages. J’ai répondu : je suis un méchant Mexicain couvert de tatouages. Ce n’est pas un cliché. C’est la vérité. J’ai l’air d’un sale type et Leonardo Di Caprio a l’air d’un brave gars. C’est comme ça."

     Il joue souvent des rôles de méchants, bien qu'on puisse également le voir en "gentil" dans la tétralogie Spy Kids de Robert Rodriguez ou dans le film Heat de Michael Mann ou encore dans le remake Halloween de Rob Zombie.

     Parmi ses plus grands succès, on peut noter Anaconda, xXx, Desperado, Il était une fois au Mexique, Une nuit en enfer, 6 jours, 7 nuits. Il fait même une apparition dans la série Breaking Bad en chef de gang mexicain. Après de nombreux seconds rôles, c'est avec Machete, réalisé par Robert Rodriguez, qu'il obtient pour la première fois le rôle principal d'un film. Il devient le comédien fétiche du réalisateur Robert Rodriguez, il est également son cousin éloigné. Ce dernier s'amuse à donner systématiquement à ses personnages des noms d'ustensiles tranchants. Machete, évidemment, ainsi que sa suite Machete Kills ; mais aussi Navajas (lames en espagnol) dans Desperado, Razor Charlie dans Une nuit en enfer et Cuchillo (couteau en espagnol) dans Predators.

Pour conclure cet article, Danny Trejo nous fait des fajitas (cette pub me fait marrer) :


3 commentaires:

  1. c'est un tres bon acteur. il a un visage de mechant mais ça n' pas dimportance on ne peut pas le juger pour ça, AMICALEMENT

    RépondreSupprimer
  2. Excellent acteur !!!

    RépondreSupprimer
  3. Il a un visage de méchant, un regard de méchant, il en joue et il a raison, ça le fait vivre honnêtement lui et sa famille.

    RépondreSupprimer

Vos commentaires apparaîtront après modération.