mardi 28 février 2012

Die Hard 5 : on connait le fils de John McClane.


     Alors que le tournage de Die Hard 5 débutera en avril et que l'on connait déjà le réalisateur (voir notre article ici), on sait déjà qui jouera le fils de John McClane, après une photo prise pendant les essais.

     Jai Courtney. Son nom n'est pas vraiment connu du grand public. Les amateurs de séries l'ont peut-être déjà remarqué dans Spartacus: le sang des gladiateurs. Jai Courtney est donc passé à l'échelle supérieure pour le cinéma. Une photo prise lors des essais de Die Hard 5, montrent qu'il sera fils de John McClane - Bruce Willis - pour le film d'action dont le tournage doit débuter en avril pour une sortie en février 2013.

Voir aussi : 

lundi 27 février 2012

Oscars : Consécration pour "The Artist" et palmares des Oscars 2012


     Lors de la cérémonie des Oscars cette nuit à Los Angeles, le film français a gagné pas moins de cinq récompenses, dont ceux du meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur acteur

     Michel Hazanavicius, le réalisateur de The Artist, n’en revient pas :
“J’ai un Oscar… J’ai oublié mon discours ! Je suis le réalisateur le plus heureux du monde, là, tout de suite, merci pour cela, merci à l’Académie, merci à vous tous”.

     Jean Dujardin fait son show :
“Merci, j’adore votre pays ! Si George Valentin pouvait parler, il dirait : Aaah, victoire géniale ! Formidable… merci beaucoup, I love you…”

     The Artist en profite pour rafler également les oscars de la musique et des costumes… L‘équipe du film n’en attendait sans doute pas tant. Un film français autant primé à Hollywood, c’est en tous les cas une grande première. Mais une certaine nostalgie du cinéma américain muet des années 30 y est sans doute pour quelque chose…
      
     Meryl Streep, émue aux larmes, obtient l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans The Iron Lady (La Dame de fer), le biopic consacré à Margaret Thatcher, et c’est l’acteur canadien Christopher Plummer qui remporte à 82 ans la statuette du second rôle masculin.

     Le trophée du meilleur film étranger est allé au film iranien “Une séparation”, qui avait déjà remporté une multitude de prix dans le monde.


Liste complète des lauréats de ces Oscars 2012 : 
Meilleur film  - "The Artist" de Michel Hazanavicius
Meilleur réalisateur  - Michel Hazanavicius ("The Artist")
Meilleur acteur  - Jean Dujardin ("The Artist")
Meilleure actrice - Meryl Streep ("La Dame de Fer")
Meilleur acteur dans un second rôle - Christopher Plummer ("Beginners")
Meilleur actrice dans un second rôle - Octavia Spencer ("La Couleur des Sentiments")
Meilleur film d'animation - "Rango"
Meilleur film étranger - "Une Séparation" (Iran)
Meilleur scénario original : "Minuit à Paris" (de Woody Allen)
Meilleur scénario adapté : "The Descendants" (Alexander Payne, Nat Faxon, Jim Rash)
Meilleure photographie : Robert Richardson ("Hugo Cabret")
Meilleure direction artistique : Dante Ferretti et Francesca Lo Schavio ("Hugo Cabret")
Meilleurs costumes : Mark Bridges ("The Artist")
Meilleur documentaire : "Undefeated" de TJ Martin, Dan Lindsay et Richard Middlemas
Meilleur court-métrage documentaire : "Saving Face" de Daniel Junge et Sharmeen Obaid-Chinoy
Meilleur court-métrage : "The Shore" de Terry George et Oorlagh George
Meilleur montage : Angus Kirk et Kirk Baxter pour "Millenium"
Meilleur maquillage : Mark Coulier et J. Roy Helland pour "La dame de fer"
Meilleure musique originale : Ludovic Bource pour "The Artist"
Meilleure chanson originale : Man or Muppet ("Les Muppets")
Meilleur mixage : Tom Flesichmann et John Midgley pour "Hugo Cabret"
Meilleur montage son : Philip Stockton et Eugene Gearty pour "Hugo Cabret"
Meilleurs effets spéciaux : Rob Legato, Joss Williams Ben Grossmann et Alex Henning pour "Hugo Cabret"
Meilleur court-métrage d’animation : "The Fantastic Flying Books of Mr. Morris Lessmore" de William Joyce et Brandon Oldenburg

Jean Dujardin et son Oscar du meilleur acteur

samedi 25 février 2012

Bref : le DVD sort le 6 mars 2012 !


     « Tu connais Bref ? » « Tu as regardé Bref hier ? » : voilà le genre de phrase que l'on entend un peu partout depuis septembre dernier, depuis que cet série-OVNI a débarqué sur Canal+ (et en clair ! Elle est pas belle la vie ?)

     Bref, un petit rappel pour ceux qui ne connaissent pas : Dans la vie, au début on naît, à la fin on meurt, entre les deux il se passe des trucs. Bref. C'est l'histoire d'un mec, entre les deux. “Bref” raconte au travers des sketchs hilarantes, le quotidien d'un trentenaire un peu loser, un peu comme tout le monde en fait. Le montage est ultra-rythmé et les répliques souvent cinglantes, ce qui fait de “Bref” la série incontournable de l'année.


     Des situations comme dans “Bref”, on en a tous connus plusieurs… Le mec qui vient d’avoir une copine, le gars qui télécharge des films, le mec qui vient d’emménager chez sa petite amie, le gars qui désespère de trouver quelqu’un… Oui, dans ces sketchs qui durent en moyenne deux minutes, on retrouve parfois, voire assez souvent des situations que notre meilleur ami, ou notre frère, ou nous même avons connu ! Ce qui fait de “Bref” une série déjà culte.



    Aujourd’hui, le phénomène s’est amplifié encore plus… Son héros, interprété par Kyan Khojandi, est devenu ultra connu et sur la page Facebook de la série, on peut désormais compter près de 2 millions de fans !! La série “Bref” est diffusée à la télévision, mais aussi sur internet grâce aux adeptes qui la trouvent ultra drôle ! Et comme la première saison vient de se terminer, il est donc normal de la voir apparaitre en DVD, pour le plus grand plaisir de ses fans…

     Vous voulez posséder des épisodes de la série “Bref” ? Le coffret DVD sort le 6 mars prochain, avec les 40 épisodes de la saison 1, ainsi que deux heures de bonus. pour la modique somme de 16,99 €.

    En outre, la série “Bref” continue sur Canal +, avec des épisodes de la seconde saison, diffusés dès maintenant… 


Fiche technique de Bref - Vol.1 - Épisodes 1 à 40 - Référence 12255711
Réalisateurs : Kyan Khojandi, Bruno Muschio
Acteurs : Kyan Khojandi, Bérangère Krief, Kheiron, Baptiste Lecaplain
Durée approximative : 80 min.
Langue : Français (Dolby Digital 2.0)
Sous-titres : aucun
Nombre de disques : 1 DVD (zone 2)
Format de l'image : 1:78 (16/9 anamorphique, compatible 4/3)
Bonus : - « Bref, le documentaire » (35mn)
             - Épisodes commentés par Kyan et Bruno
             - Making of effets spéciaux (10mn)
             - Repérage, le sketch de Bref
             - L’espace détente
             - Sketch des Guignols : « Bref, j'ai passé une nuit au Sofitel »

video

Voir aussi :

Insolite : L'Etoile Noire de Star Wars a un prix : 644 000 000 000 000 000 €


     Des étudiants américains ont cherché à connaître le coût de l’Étoile Noire, l'objet de destruction massive de l'Empereur Palpatine et Dark Vador, si elle devait être construite en 2012.

     Ces étudiants, définitivement geeks, se sont amusés à calculer le coût réel de l’Étoile Noire, si la fameuse planète/vaisseau de 140 km de diamètre devait exister aujourd'hui.

     Résultat : Comptez 852 000 000 000 000 000 $ (soit 644 mille milliards d'euros) rien que pour les matériaux de base, d'après le site Nerdapproved. Entièrement composée d'acier, l'étoile nécessiterait 1 million de milliards de tonnes d'acier environ pour que ce porte-avion de l'espace prenne vie. Seulement, un problème se pose, si nous poussons la réflexion plus loin, mais nous ne sommes plus à cela près : le taux de production annuel sur Terre de l'acier est de l'ordre de 1,3 milliards de tonnes par an. Il faudrait donc attendre un peu plus de 833 300 ans avant d'accumuler suffisamment d'acier pour construire l’Étoile Noire.

     Le coût de la structure représenterait à lui seul 13 000 fois le produit intérieur brut mondial. Palpatine et Darth Vador ne connaissent pas la crise...

     Ce qu'oublie cette analyse mathématique, ce sont tous les coûts additionnels, c'est à dire la main d’œuvre, ainsi que le prix des nombreuses armes embarquées dans l’Étoile Noire !

     Des captures d'écran des Blu-ray sont disponibles ici.

jeudi 16 février 2012

Intouchables : la date de sortie, les prix des différentes éditions et les visuels

Voir aussi : 
Intouchables dépasse La Grande Vadrouille
Test du Blu-ray d'Intouchables

     Ça y est, la date est officielle : Intouchables sortira en Blu-ray et DVD le 28 mars 2012. Plusieurs éditions seront disponibles :
- édition DVD simple, avec le DVD du film, qui comportera tout de même des scènes coupées commentées et le commentaire audio assuré par les deux réalisateurs et le duo de comédiens vedettes, et sera proposé à 19,99 €.

- édition collector 2 DVD, avec le DVD du film et le DVD bonus qui contiendra un making-of et le documentaire Portraits d'Intouchables : 22,99 €

- édition Blu-ray, avec le Blu-ray du film, qui contiendra aussi les bonus de l'édition DVD collector : 24,99 €

- coffret collector 2 DVD + 1 Blu-ray + le CD de la BO du film (histoire de se repasser en boucle September d'Earth, Wind and Fire sur son ampli, à défaut de le faire dans sa Maserati Quattroporte) : 39,99 €

Voir aussi : 
Intouchables dépasse La Grande Vadrouille
Test du Blu-ray d'Intouchables

samedi 11 février 2012

Test du Blu-ray de Pretty Woman

     Une fois n'est pas coutume (mais pourrait le devenir), nous allons parler d'une comédie romantique des années 80 : Pretty Woman, avec Richard Gere et Julia Roberts.

Synopsis
     Alors qu'il est sur le point de conclure une très importante transaction financière, Edward Lewis, un très riche homme d'affaires, recherche le chemin de son hôtel (scène très drôle où il ne maîtrise visiblement pas la boîte manuelle de sa magnifique Lotus Esprit. Ne trouvant pas son hôtel, il demande son chemin à une jeune prostituée de Beverly Hills, Vivian Ward, qui se propose de le lui montrer. Edward décide d'inviter Vivian à passer la semaine avec lui, dans sa luxueuse chambre d'hôtel, pour bénéficier de ses « services ».
     Bien que Vivian soit quelque peu délurée, Edward deviendra sensible à son charme et à son pragmatisme, alors qu'elle sera touchée par le charme et la noblesse de l'homme.
     Chacun d'eux profitera de cette semaine pour mettre de l'ordre dans sa vie personnelle. Elle comprendra qu'elle vaut plus que l'argent gagné par le biais de la prostitution, alors que lui deviendra conscient que l'argent qu'il possède ne le rend pas heureux.
     Le film met en scène l'histoire d'amour entre deux êtres que tout sépare, du moins en apparence (métaphoriquement, un prince charmant et une simple roturière), au beau milieu des somptueux quartiers de Beverly Hills. À cet égard, il peut être considéré comme un conte de fées moderne.


Image :
     Disney nous a habitués à des Blu-ray quasiment parfaits (voir par exemple mon test du Blu-ray du Roi Lion). Malheureusement, le Blu-ray de Pretty Woman fera exception. En effet, c'est avec une certaine déception que j'ai découvert une image à peine supérieure à celle d'un bon DVD. Certes, le film n'est plus tout à fait récent (eh oui, 1990...), mais j'en attendait mieux : la définition est assez loin derrière les standards actuels et les scènes en basse lumière souffrent d'un grain assez prononcé. On peut néanmoins dire que l'image reste supérieure à la version DVD du film. Les couleurs sont légèrement plus vives et l'image bénéficie d'un meilleur contraste, mais pas de quoi être ébahis. Note image : 3/5

Son :
     Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce n'est pas le genre de film qui se prête à de grands élans sonores et autres effets surround. La piste en VO est en PCM 5.1, donc non-compressée, et, bien qu'elle soit de très bonne qualité, son mixage est surtout centré vers l'avant. La bande originale se démarque néanmoins. Pour la VF, la piste DTS ne fait pas mieux que la VO, et mettra plus l'accent sur les dialogues. Heureusement, la VF ne posera aucun problème à regarder par rapport à la VO, dans la mesure où le doublage est d'une très bonne qualité. 
     Pour doubler Richard Gere, on reconnaitra l'excellent Richard Darbois qui double habituellement Harrison Ford (dans Indiana Jones 3), Patrick Swayze (dans Ghost), Jeff Goldblum (dans La Mouche et Jurassic Parc), Buzz l'éclair (dans Toy Story), et bien d'autres... C'est dire si Richard Darbois est aujourd’hui un des meilleurs comédien de doublage...
     Le doublage de Julia Roberts est assuré par Céline Monsarrat, à la voix si particulière  et au rire si communicatif.
Note son : 3/5

Bonus : 
- Bêtisier.
- En direct de la fin de tournage du film.
- Los Angeles : visite guidée des lieux du tournage.
- Commentaires audio du réalisateur.
- Making of.
- Bande annonce.

Conclusion :  
     On est heureux de redécouvrir cette pépite des comédies romantiques, mais on reste un peu sur notre faim quant à l'apport de ce Blu-ray par rapport à la version DVD. Peut-être vaut-il mieux attendre une éventuelle réédition remasterisée...
Note technique : 2/5
Note du film : 4/5


Caractéristiques :
Titre : Pretty Woman
Réalisateur : Garry Marshall
Format : 1.85
Durée du film : 2h00
Date de sortie : 23 mars 1990 (États-Unis), 28 novembre 1990 (France)
Encodage : AVC / MPEG4
Pistes son : Français Dolby Digital 5.1, Français DTS 5.1, Anglais Dolby Digital 5.1, Anglais PCM 5.1, Espagnol DTS, Espagnol Dolby Digital 5.1.
Sous-titres : Anglais, Français, Néerlandais...

Distribution : Richard Gere, Julia Roberts, Ralph Bellamy, Jason Alexander, Laura San Giacomo.





mercredi 1 février 2012

Test du Blu-ray de Scarface

     Voici enfin le test de ce film culte de Brian de Palma : Scarface. Un film tellement culte qu'Universal se devait de réussir à tout prix cette transposition en HD.


Synopsis :
     Expulsé de Cuba par Castro, Tony Montana et son pote Manolo vont tenter de vivre le rêve américain tel qu'ils en ont entendu parler  dans leur pays natal. Malheureusement, les débuts de ces deux petites frappes seront largement en dessous de leurs espoirs, entre le boulot dans une cabane à frites et des débuts en tant qu'assassins d'un jour ou de passeurs de marijuana. Mais Tony, très ambitieux, n'a pas froid aux yeux et a des idées de grandeur. Il tient tête aux caïds du milieu qui voient en lui une espèce de melting-pot entre un plouc et un dingue qui tire sans réfléchir.  


     De mauvaises passes à la tronçonneuse en livraisons réussies, Tony Montana grimpe rapidement les échelons en gagnant un semblant de respect de la part des acheteurs et des fournisseurs. Sans foi ni loi, il en veut toujours plus, il flingue à tout va. L'argent qui lui monte à la tête. Il a des vues sur la femme de son boss et s'envoie très régulièrement de la cocaïne dans la cloison nasale, Tony devient parano, de plus en plus violent, d'autant qu'il est pris au piège de ses propres excès. Une guerre sera carrément lancée à son encontre...

"Say hello to my little friend !"
Image :
     La transposition de ce chef d’œuvre n'était certainement pas évidente, à la vue de l'âge du film et des moyens de tournage de l'époque. L'ensemble, tout en étant très bon, est parfois légèrement mitigé lors de certaines scènes. Je m'explique : la pellicule est visiblement en très bon état, sans poinçons noirs, ni griffures. Obtenir une image nette a certainement été compliqué pour les techniciens, dans la mesure où le film a, à l'origine, un certain grain cinéma, des couleurs et contrastes difficiles à faire passer. Cependant, on retrouve ici une image plutôt nette qui nous permet de retrouver le grain d'origine, tout en ayant une définition des visages au demeurant très satisfaisante. Les techniciens ont certainement utilisé un réducteur de bruit sur certaines séquences, ainsi qu'une optimisation de la définition.  On retrouve donc une image chaude, très très colorée, un contraste qui enterre définitivement l'ancienne version DVD. Visuellement, le travail qui a été fait est exceptionnel. Malgré la netteté optimisée, aucun moirage ou scintillement n'est à déplorer. 

     Là où c'est un peu moins bien, c'est au niveau de certains flous de l'objectif. Malgré tous les efforts possibles, il était impossible de les supprimer dans la mesure où ils sont liés au tournage. Malgré cela, c'est tout de même la première fois que l'on voit Scarface aussi beau. Et il sera très difficile de faire mieux !
Ma note pour l'image : 8/10


Son :
     Au niveau de la version originale : DTS-HD Master Audio en 7.1 (48 kHz, débit moyen 5500 Kbps, crêtes dépassant 7000 Kbps quand ça cogne). Tout simplement époustouflante, cette bande sonore totalement remasterisée. Les musiques viennent avec un effet "boite de nuit" certainement très fidèle à ce que voulait retranscrire de Palma. Les effets sont surround lorsqu'une voiture passe, que l'on entend une sirène de police ou tout simplement la foule. Une douille qui tombe par terre, et on l'entend clairement. Cette bande-son est presque parfaite, voire considérée comme parfaite quand on prend en compte l'âge du film. Note : 4,5/5 pour la VO.
     
     Au niveau de la VF, le résultat est nettement moins intéressant, dans la mesure où elle n'a pas été remasterisée et se présente en DTS mi-débit. L'ensemble est ainsi nettement moins dynamique. Note : 2,5/5 pour cette VF décevante.

Bonus :
- Mode Bonus View (lucarne dans l'image, interviews, visuels, icône marrante avec le score de macchabées !, etc.)
- Le phénomène Scarface
- Scènes coupées (22 mn)
- Le monde de Tony (12 mn, la police parle de drogue !)
- La renaissance (10 mn, les origines, le remake - interviews)
- L'interprétation (15 mn)
- La création (30 mn, le vrai making of, sur les lieux de tournage)
- Le making of du jeu
- La version TV

Conclusion : 
     L'image est, selon les scènes, de moyenne à très bonne. Le moins que l'on puisse dire, c'est que de très grands efforts ont été fait pour que Scarface se présente sous son meilleur jour. Difficile en effet de faire mieux. Le son en VO DTS_HD 7.1 est exceptionnel et parfois surprenant. Dommage que la VF ait été délaissée. A la question "Faut-il acheter cette nouvelle édition de Scarface (pour la première fois en Blu-ray) ?"  Je répondrai que cette édition est à saisir sans aucune hésitation.
Note technique : 8/10

Caractéristiques :
Titre français : Scarface
Titre original : Scarface
Réalisateur : Brian De Palma
Format : 2.35
Durée du film : 2h44
Date de sortie : 1er décembre 1983 (États-Unis), 7 mars 1984 (France)
Encodage : AVC / MPEG4
Pistes son : Anglais DTS-HD Master Audio 7.1, Français DTS 2.0, Italien DTS 2.0, Allemand DTS 2.0, Espagnol DTS 2.0 Mono , Japonais Dolby Digital 5.1.
Sous-titres : Anglais (pour sourds et malentendants), Français, Italien, Néerlandais, Allemand, Espagnol, Japonais, Cantonais, Danois, Finlandais, Suédois, Norvégien, Coréen, Portugais, Mandarin.

Distribution : Al Pacino, Steven Bauer, Michelle Pfeiffer, Mary Elizabeth Mastrantonio, F. Murray Abraham, Robert Loggia.

Voir aussi : 
Sortie du Blu-ray de Scarface (septembre 2011)